Accueil Actualités Working Paper Chaire PARI

Working Paper Chaire PARI

Individu/collectif : l’épidémiologie à l’épreuve du big data (ou l’inverse)  ? 

La solidarité assurantielle est-elle de même nature que la solidarité épidémique ? Mon nouveau papier,   interroge l’émergence de la notion de population au prisme des épidémies dans l’histoire. On constate alors qu’à la différence de l’assureur, l’épidémiologiste ne peut jamais faire l’économie du cas spécifique, ce qui crée entre ses modèles et les nouveaux algorithmes une congruence, tout au moins conceptuelle.

Ce papier est une tentative de réflexion sur cette situation inédite qui affecte le monde depuis plusieurs semaines. Ecrit au coeur de la tourmente, il est nécessairement maladroit. Il nous semblait pourtant qu’une mise en perspective dans le cadre épistémologique des réflexions menées au sein de PARI pouvait apporter un éclairage intéressant sur les débats actuels. Instruit de données dynamiques et conjoncturelles, il ne s’agit pas vraiment d’un working paper au sens habituel.

Le digital permettra-t-il d’apporter une réponse efficace à la gestion des pandémies ? Dans une approche rétrospective, les épidémies apparaissent au coeur de l’émergence du concept de population et des outils statistiques, tout en imposant un point de résistance à leur approche globale. Le contrôle de la contagion passe en effet par la détection de cas, et semble en cela en parfaite congruence conceptuelle avec les technologies actuelles d’intelligence artificielle. Pour autant, les résistances sont nombreuses et symptomatiques, à la fois de nos appréhensions et des forces et faiblesses de l’état actuel de ces techniques.

 

Pour lire la suite :   Accédez au Working Paper en intégralité 

Par  Laurence BARRY ,   Co-titulaire – Chaire PARI